Actualités


Conférence : CONTENT FOR EDUCATION

publié le 06 septembre 2018
 

Les organisations européennes représentant les auteurs et les éditeurs de l'écrit et des arts visuels (IFRRO, EVA, EWC, FEP, EFJ*) vous invitent à la conférence CONTENT FOR EDUCATION :

"Pour un droit d'auteur européen équitable qui permet de continuer à créer des contenus de qualité et innovants pour l'éducation"

 

En savoir plus : Conférence : CONTENT FOR EDUCATION >

Cette conférence se tiendra le Mercredi 26 septembre 2018
de 9h à 11h30 au Parlement européen - Bruxelles

Un droit d'auteur équitable est essentiel à la création de contenus de qualité, diversifiés et innovants, indispensables à l’éducation des futurs citoyens des États membres de l’UE.
À l’heure où l’Europe s’apprête à modifier sa législation sur le droit d’auteur en prévoyant une exception obligatoire pour les utilisations numériques d’œuvres à des fins d’enseignement (article 4 - Pour en savoir plus sur les dispositions de cet article du projet de directive européenne "Droit d'auteur dans le marché unique numérique, cliquez ici), cette rencontre rassemblera :

Des représentants des institutions européennes qui présenteront les enjeux culturels et économiques de « l’exception pédagogique » prévue par la Directive « Droit d’auteur dans le marché unique numérique »,

> Le Directeur Général de l’Union des Écrivains Canadiens et Président du Forum International des Auteurs, John DEGEN, qui témoignera des conséquences néfastes, tant pour le secteur de l’éducation que pour celui de l’édition, de l’exception pédagogique adoptée au Canada en 2012,

> Des auteurs, éditeurs, enseignants qui rendront compte de l’importance de disposer de ressources de qualité pour former les futurs citoyens européens et, en conséquence, de la nécessité de préserver les conditions permettant leur création. Le programme détaillé de la Conférence vous sera adressé ultérieurement.

*IFRRO (International Federation of Reproduction Rights Organisations), EVA (European Visual Artists association), EWC (European Writers’Council), FEP (Federation of European Publishers), EFJ (European Federation of Journalists)

Merci de confirmer votre présence en précisant vos nom et fonction à l'adresse suivante :  communication@cfcopies.com

Accord à l’amiable entre Copibec et l’Université Laval : une compensation de 3 millions de dollars destinée aux auteurs et aux éditeurs des œuvres reproduites sans autorisation

publié le 13 juillet 2018
Accord à l’amiable entre Copibec et l’Université Laval
 
Un accord à l’amiable entre Copibec et l’Université Laval met fin à l’action collective intentée par la société homologue du CFC au Québec et a donné lieu au versement d’une compensation de 3 millions de dollars. 
Cette somme va être reversée aux auteurs et aux éditeurs au titre des œuvres reproduites sans autorisation au sein de l’université entre le 1er juin 2014 et le 31 mai 2018.

En savoir plus : Accord à l’amiable entre Copibec et l’Université Laval : une compensation de 3 millions de dollars destinée aux auteurs et aux éditeurs des œuvres reproduites sans autorisation >

Tous les auteurs et éditeurs québécois ou étrangers sont concernés par ce reversement.

 

Conformément à l’accord intervenu, Copibec va reverser cette compensation sur la base des déclarations d’œuvres fournies par l’université de 2012 à 2014.

Ainsi, en tant qu’auteur ou éditeur français, si des extraits de vos œuvres ont été copiés, rediffusés et déclarés par l’Université Laval, vous êtes susceptible de recevoir une part de cette compensation sans avoir de démarche particulière à effectuer.

 

À l’inverse, si vous souhaitez être exclu de cette action et en conséquence du reversement des sommes dues, vous avez jusqu’au 7 septembre 2018 pour en informer, par écrit, la Cour supérieure du district de Québec.

 

 

Télécharger l’Avis aux membres de l’action collective pour connaitre
tous les détails de l’entente

 

Pour mémoire, dans le cadre d’une interprétation très large de la loi de révision du droit d’auteur qui avait introduit en 2012, au Canada, une exception non compensée pour « l’utilisation équitable à fin d’éducation », l’université Laval refusait de renouveler la licence l’autorisant à utiliser des extraits d’ouvrages dans le respect du droit d’auteur. Copibec avait fini par intenter une action collective visant à la fois à faire reconnaître le caractère illégal des copies de publications protégées effectuées sans autorisation au sein de l’université et à obtenir une compensation financière pour tous les ayants droit concernés. Une action qui avait généré une mobilisation sans précédent des ayants droit et de leurs représentants canadiens et étrangers.

 

 Pour toute question, adressez-vous à actioncollective@copibec.ca


À propos de Copibec
Copibec est un organisme sans but lucratif créé en 1997 par l’Union des écrivaines et des écrivains québécois (UNEQ) et l’Association nationale des éditeurs de livres (ANEL) afin de gérer les droits de reproduction des ouvrages en format papier et numérique. Elle a été habilitée pour la gestion des droits de reproduction de milliers d’éditeurs et d’auteurs québécois, ainsi que par les auteurs et éditeurs regroupés dans des sociétés de gestion du droit de reproduction de 33 autres pays, dont la France, la Belgique et les États-Unis. www.copibec.ca

À propos de l’Université Laval
Animée par un esprit d’innovation et la recherche de l’excellence, l’Université Laval fait partie des principales universités de recherche au Canada, se classant au 6e rang avec des fonds de 377 M$ alloués à la recherche l’an dernier. Elle compte 3 730 professeurs, chargés de cours et autres membres du personnel enseignant et de recherche qui partagent leur savoir avec plus de 43 000 étudiants, dont 25 % sont inscrits aux cycles supérieurs. Plus ancienne université francophone d’Amérique du Nord, l’Université Laval a formé à ce jour plus de 300 000 personnes qui participent, chacune à leur façon, au progrès des sociétés. www.ulaval.ca

Assemblées Générales du CFC : jeudi 28 juin 2018

publié le 15 juin 2018
Assemblées Générales CFC
 
L'Assemblée Générale Ordinaire et l’Assemblée Générale Extraordinaire du CFC se tiendront le jeudi 28 juin 2018 à 15 heures, à l’Hôtel de Massa et seront suivies d'un cocktail
 

Hôtel de Massa

SGDL - Société des Gens de Lettres
38, rue du Faubourg Saint-Jacques - Paris 14

(Denfert-Rochereau : M4, M6, RERB ou

Saint-Jacques: M4 - Bus 38, 68, 83 ou 91)

En savoir plus : Assemblées Générales du CFC : jeudi 28 juin 2018 >

L'ordre du jour de l’Assemblée Générale Ordinaire (AGO) sera le suivant : 

1 – Ouverture par la Présidente et désignation du secrétaire d’assemblées

2 – Rapport du Gérant sur l’activité du CFC en 2017 et au 1er semestre 2018

3 – Rapport du Commissaire aux Comptes sur les comptes de l'exercice 2017

4 – Rapport du Commissaire aux Comptes sur les conventions visées à l’article L.612-5 du Code de commerce

5 – Rapport du Commissaire aux Comptes sur l’action culturelle

6 – Rapport de la Commission consultative sur l’information des associés

7 – Rapport de la Commission de Contrôle des Organismes de Gestion des droits d’auteur et des droits voisins

8 – Résolutions soumises au vote des associés

     N°1 – Résolution relative à la « politique générale de répartition des sommes dues aux titulaires de droits »

     N°2 – Résolution relative à la « politique générale d’utilisation des sommes qui ne peuvent être réparties »

     N°3 – Résolution relative à la « politique générale d’investissement des revenus provenant de l’exploitation des droits et des recettes résultant de cet investissement »

     N°4 – Résolution relative à la « politique générale relative aux déductions sur les revenus et recettes »

     N°5 – Résolution relative à la « politique générale de gestion des risques »

     N°6 – Résolution relative à l’approbation des comptes de l’exercice 2017

     N°7 – Résolution relative à l’approbation du Rapport Annuel de l’exercice 2017

     N°8 – Résolution relative aux conventions visées à l’article L.612-5 du code de commerce

     N°9 – Résolution relative à l’utilisation durant l’exercice 2017 des sommes qui n’ont pas pu être réparties

      N°10 – Résolution relative l’approbation Approbation du rapport spécial pour 2017 sur les aides à la création prévu par l’article L. 324-17 du code de la propriété intellectuelle

9 – Ratification des nominations au Comité après les réunions de Collèges

10 – Ratification des nominations à la Commission de surveillance après les réunions de Collèges

11 – Questions diverses

 

L'ordre du jour de l’Assemblée Générale Extraordinaire (AGE) sera le suivant :

1 – Ouverture par la Présidente 
2 – Modifications statutaires

 

Dans l’hypothèse où vous ne pourriez pas participer à ces réunions, n’omettez pas de nous transmettre vos pouvoirs. En effet, vous avez la possibilité de donner pouvoir à un autre membre du ou des Collèges auxquels vous appartenez.

 

Télécharger les pouvoirs Éditeurs de Presse (AGO et AGE)

Télécharger les pouvoirs Éditeurs de Livres (AGO et AGE)

Télécharger les pouvoirs Auteurs – Sociétés d’auteurs (AGO et AGE)

Éditeurs, vous avez jusqu’au 30 juin 2018 pour renvoyer les derniers éléments nécessaires au reversement de vos droits au titre de la photocopie

publié le 04 juin 2018
 

Les éditeurs de livres et les éditeurs de presse qui ont reçu, en septembre 2017, un relevé de droits au titre des photocopies de leurs œuvres, et qui ont choisi de reverser eux-mêmes la part auteur, doivent retourner au CFC une lettre d’engagement de reversement de ces sommes avant le 30 juin 2018.

Nous parvenons bientôt à l’échéance d’envoi de ce document. À défaut, les droits de l’éditeur seront bloqués et la part auteur sera versée par le CFC aux sociétés de perception et de répartition de droits représentant les auteurs.

Télécharger la lettre d'engagement et les résolutions du Comité du CFC en cliquant ici

 

Pour en savoir plus sur les modalités de reversement de la part auteur : vous êtes éditeurs de livres 
                         vous êtes éditeurs de presse

COMMUNIQUÉ DE PRESSE - Prestations de veille web aux entreprises : le CFC signe un accord avec SINDUP pour le compte des éditeurs de presse en ligne

publié le 30 mai 2018

Le CFC et SINDUP viennent de signer un contrat qui permet à la plateforme de veille et d’analyse media d’effectuer, à l’attention de ses clients, des prestations de surveillance et d’analyse des sites internet de presse, dans le respect du droit d’auteur. 


Pour Philippe MASSERON, Directeur Général – Gérant du CFC : « Cet accord est important car il démontre que, quelles que soient les complexités générées par les évolutions technologiques, il est toujours possible d’encadrer celles-ci et permettre ainsi aux entreprises d’utiliser licitement les contenus de presse dont elles ont besoin, avec un minimum de contraintes supplémentaires. Ce type d’accord permet également de continuer d’accompagner les éditeurs de presse en leur apportant la garantie que leurs articles sont utilisés dans le respect du droit d’auteur. »

En savoir plus : COMMUNIQUÉ DE PRESSE - Prestations de veille web aux entreprises : le CFC signe un accord avec SINDUP pour le compte des éditeurs de presse en ligne >

Un accord qui autorise SINDUP à effectuer les actes nécessaires à ses prestations de veille web

Afin de pouvoir réaliser leur prestation et de restituer à leurs clients une analyse et/ou des liens renvoyant sur les sites de presse, les sociétés de veille web disposent d’outils leurs permettant d’explorer, « de crawler », de collecter les contenus web en les reproduisant et de les indexer dans leurs bases de données.

Sans autorisation préalable, les actes nécessaires à la fourniture de cette prestation par les sociétés de veille web, sont illicites.


L’accord conclu avec le CFC pour le compte des éditeurs de presse, autorise SINDUP à reproduire, stocker et indexer les contenus en ligne des titres de presse.

En contrepartie de cette autorisation, SINDUP acquitte une redevance et fournit au CFC les éléments nécessaires au reversement de ces sommes aux éditeurs et à la vérification du bon usage de ces contenus.

 

Un accord qui permet aux clients de SINDUP un accès licite aux contenus presse

Grâce à cet accord, les entreprises et les administrations abonnées à la plateforme de SINDUP, tout comme celles abonnées à la plateforme de CEDROM-SNI, qui a également signé un contrat avec le CFC pour ses prestations de veille web, peuvent bénéficier d’un service qui respecte le droit d’auteur.

Ils bénéficient également de la garantie que leur prestataire leur donne accès à la veille de tous les titres de presse concernés, contrairement aux autres plateformes.

En effet, le CFC met à la disposition des éditeurs lui ayant confiés leurs droits, un outil de régulation de l’activité de crawling des sites (ORRC) qui bloque les robots, notamment des sociétés de veille web, qui accèdent à leurs publications en ligne quand elles n’ont pas l’autorisation du CFC.

 

Un accord qui garantit aux éditeurs de presse des usages encadrés de leur contenu web

Dans le cadre de sa mission de gestion collective des droits numériques et papier des contenus de publications, ce dispositif contractuel qui s’adresse à tous les prestataires de veille web, complète l’offre du CFC pour les éditeurs de presse, en matière d’autorisation, de contrôle et de valorisation des usages de leurs contenus.

Les autres contrats proposés par le CFC encadrent les panoramas de presse, les copies de travail ponctuelles et les bases de données documentaires des entreprises et des administrations, que ces copies, numériques ou papier, soient réalisées par les organisations ou par des prestataires de veille media.
Le CFC a également développé une plateforme de distribution de contenus, CFC Distre-Presse, qui permet, d’une part, aux prestataires de veille d’information de recevoir les articles dans un format adapté à leur activité et, d’autre part, aux éditeurs de les réutiliser sur d’autres supports numériques.

Concernant les usages professionnels numériques de la presse, le CFC gère à ce jour les droits de 550 éditeurs français, représentant 4 100 titres de presse et programmes audiovisuels, ainsi que les droits de 8 810 publications étrangères.